Intrøductiøn

On rêve souvent lorsqu’on est enfant qu’on va changer le monde, moins d’injustice, moins de guerre, plus d’amour…
Puis l’adolescence vient avec son lot de dénis, de destructions, d’impossibles…
Il faudrait partir, tout laisser derrière soi et s’ouvrir aux autres.
Nos révolutions restent verbales, intentionnelles mais non suivis d’effets.

Le matérialisme et la sécurité guident non vies, on craint toujours de perdre quelque chose. Peut-être est ce uniquement soi que l’on perd au fil du temps ? Le sens de la vie, de l’engagement, le goût de l’aventure, la disponibilité : de temps, d’écoute, de cœur pour aller vers l’autre…

Pourtant, on sent autour de soi des mutations. Elles sont palpables mais restent marginales voir anecdotiques. Une forme de déclin s’annonce. L’échec des modèles en place et leur impermanence, enfin ! L’émergence d’autres choix de vies : plus solidaires, plus humains, moins destructeurs pour la nature…

Puis, notre route croise celle d’un voyageur hors normes. Un homme qui a fait du nomadisme une quête de l’insaisissable. Non par choix délibéré mais parce que la vie en a décidé ainsi. Il en a fait une force, celle qui permet de s’affranchir des contingences auxquelles nous sommes liées pour mieux s’ouvrir aux autres.

Lukas est un voyageur contemporain pourtant sa démarche et son intention rappelle celle des écrivains, poètes et peintres du 19 °. Tout comme lui, Maupassant était guidé par l’intensité de la rencontre lors de ses voyages. Il cherchait des impressions, des ressenti, une autre culture, une autre manière de ressentir la vie.

Gauthier ou Delacroix cherchaient une délivrance des sens.

Lukas aussi est un artiste, qui maitrise l’image, le son, le rythme et sait les restituer en tant que témoin privilégié. Lui délivre des messages porteur de sens.

Sensible et intuitif, ses nombreux voyages en on fait un citoyen du monde. Nous le suivons là ou les caméras ne vont pas. Il sent depuis longtemps cette métamorphose du monde. Il en capte l’essentiel sous l’œil de sa caméra.

Il nous restitue les mutations et les alternatives de vies qu’elles soient sociales, familiales ou encore économiques. Lukas est parti à la rencontre de ceux qui un peu partout repensent le monde et vivent l’après. Il voit des précurseurs, des mutants, des prophètes là où nous ne voyons que des marginaux.

Il explore le moment où tout bascule et où les règles disparaissent. Quand les tours s’effondrent et que les modèles s’épuisent, alors le chaos devient le champ des possibles, le début d’une nouvelle histoire.

Note de prodution par Carole Mangol.

Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Chaøs Chrønicles, Fragments

"If you're going to try, go all the way. Otherwise, don't even start. This could mean losing girlfriends, wives, relatives and maybe even your mind. It could mean not eating for three or four days. It could mean freezing on a park bench. It could mean jail. It could mean derision. It could mean mockery--isolation. Isolation is the gift. All the others are a test of your endurance, of how much you really want to do it. And, you'll do it, despite rejection and the worst odds. And it will be better than anything else you can imagine. If you're going to try, go all the way. There is no other feeling like that. You will be alone with the gods, and the nights will flame with fire. You will ride life straight to perfect laughter. It's the only good fight there is.”

― Charles Bukowski - Factotum